Vous êtes ici : AccueilActualités du LIRTESArchives du REV

  • Recherche,

Journée d'études "Rendre la coéducation possible : Expériences et recherches en milieu scolaire"

Publié le 11 septembre 2015

Journée d'études organisé par le LIRTES en partenariat avec le réseau UNIRES et l'association École et Familles.

Date(s)

le 9 décembre 2015

De 9h à 17h30
Lieu(x)
Université Paris-Est Créteil
Immeuble Pyramide
Salle 306-3ème étage
80 avenue du Général de Gaulle
94000 Créteil
Présentation
Le LIRTES est un laboratoire de recherche en éducation de l’UPEC, s’intéressant aux transformations sociales. L’axe Éducation et prévention et son Observatoire (OUIEP) privilégient celles concernant les espaces de socialisation, dont la famille et l’école. Ainsi, un certain nombre de travaux portent sur la coéducation, ici entendue comme la relation qui se construit entre les différents acteurs* chargés de l’éducation de mêmes enfants, à des titres et avec des fonctions différentes. Dès lors, comment coopèrent-ils ? Dans le contexte scolaire actuel incitant à la coéducation, des dispositifs mettent la priorité sur la coopération entre enseignants, parents et partenaires de l’école : au cours de cette journée d’étude, les relations telles qu’elles s’y construisent seront présentées et analysées, avec la confrontation des points de vue de chercheurs, et de professionnels impliqués dans la coéducation.
Les intervenants invités, chercheurs, formateurs et membres d’associations, présenteront différents dispositifs, pour discuter, en table ronde et avec la salle, des conditions qui permettent aux parents des élèves concernés, de se mobiliser. En effet, que produit une injonction à la participation tant pour les enseignants et autres professionnels, que pour les parents ? Quels types de dispositifs favoriseraient une réelle mobilisation des uns et des autres ? Quelles sont les conditions et les limites d’une coopération évaluée, par l’ensemble des personnes concernées, comme bénéfique à la trajectoire scolaire des élèves, à leur socialisation ? Quelles sont les lignes de partage entre tous ces acteurs ?
Si ces questions sont importantes pour penser les pratiques, comment les chercheurs s’en emparent-ils ? Quel est l’effet de l’injonction, sur quoi se fonde la participation pour les différents acteurs ? Comment des dispositifs portés par des valeurs, dans lesquels l’engagement des uns et des autres et le sentiment de confiance sont des arguments sans cesse avancés, peuvent-ils être étudiés ? Comment les chercheurs participent-ils à leur évaluation et à leur prise en compte par les pouvoirs politiques et administratifs ? Sur quoi sont-ils eux-mêmes conduits à s’engager ? Autrement dit, la coéducation est-elle un de ces objets d’étude qui amènerait à penser une nouvelle épistémologie en Sciences de l’Éducation ?