Vous êtes ici : AccueilActualités du LIRTESArchives du REV

  • Recherche,

Journée d'études "Pouvoirs institutionnels, pouvoirs des acteurs sociaux. Quelles interventions ?"

Publié le 28 janvier 2013

Deuxième séance de la journée d'études "De l’intervention sociale à la sociologie d’intervention : Actualité d’une notion devenue concept", organisée par l'axe 3 du REV-CIRCEFT

Date(s)

le 25 juin 2013

De 9h30 à 16h.
Lieu(x)
Salle 301
Immeuble La Pyramide
Université Paris Est Créteil
80 avenue du Général de Gaulle
94009 Créteil
Métro : Créteil L'Echat (ligne 8)
L’axe 3 de l’équipe REV propose, pour son programme de travail 2013, de réfléchir sur son objet principal : l’intervention sociale. Une même notion, celle d’intervention, peut être associée à des formes d’action sociale (nouveaux métiers du social, dispositifs, modes d’action) d’une part, à une approche disciplinaire d’autre part, cette dernière se concrétise entre autre aujourd’hui en une sociologie spécialisée dite sociologie de l’intervention.
 
Lors de cette séance, on s'attachera à contextualiser l’intervention, à la situer sur des terrains précis mettant en scène des acteurs sociaux, tant professionnels d’un secteur social, qu’usagers et administrés.
 
Les pouvoirs des acteurs sociaux - usagers, familles, professionnels…- s’inscrivent aujourd’hui à l’intérieur de normes institutionnelles renforcées qui permettent néanmoins l’émergence d’espaces d’engagement et de participation correspondant, pour partie, à la « contre démocratie » théorisée par Pierre Rosanvallon. Cela oblige à interroger les compétences, les capacités des acteurs à se coordonner, à se mobiliser, pour peser davantage, redéfinir la notion de territoires, etc.
 
On envisagera ces questions à partir de différentes approches : le processus d’« empowerment », par lequel un individu ou un groupe acquiert les moyens de renforcer sa capacité d’action, de s’émanciper. « L’éducation populaire » qui prône l’égale dignité des individus (en termes de savoir notamment) et envisage de lutter contre l’exclusion avec la participation de tous, en particulier celle des exclus eux-mêmes. La «démocratie participative », une thématique qui prend de l’ampleur sur le plan international (en France  notamment dans la Politique de la Ville).

Contact :
Francis Lebon :