Vous êtes ici : AccueilActualités du LIRTESArchives du REV

  • Recherche,

Journée d'étude "Les interfaces école-interventions sociales au prisme des migrations"

Publié le 12 décembre 2016

Cette journée d'étude s'inscrit dans le cadre du cycle de l'axe 3: "Les nouvelles formes de l'intervention sociale". Journée coordonnée par Audrey Boulin, Claire Cossée, Valérie Lanier, Anne-Claudine Oller, membres du LIRTES-UPEC

Date(s)

le 3 février 2017

Lieu(x)
Université Paris-Est Créteil
Immeuble Pyramide
Salle 302
80 avenue du Général de Gaulle
94010 Créteil cedex
Métro: Créteil-l'Échat (ligne 8)

Plan d'accès
Présentation

Des dispositifs scolaires de prise en charge des enfants migrants ont été officialisés à partir du début des années 19701. Ils se situent alors dans le contexte et à la croisée de plusieurs facteurs : 2ème vague de la massification scolaire, migrations accrues, politique de regroupement familial, injonctions européennes2, etc.

Alors même que les enfants migrants sont pris en charge par un certain nombre de dispositifs éducatifs se situant à l’interface de l’école (politiques territoriales, éducation populaire dans les « quartiers », politiques d’accueil des demandeurs d’asile et des réfugiés, protection de l’enfance pour les mineurs isolés non accompagnés), les travaux en sociologie de l’éducation ont principalement porté, depuis les années 1990, sur la scolarisation de ces élèves.

Alors que des recherches portent sur la réussite scolaire des enfants « issus de l’immigration » (Vallet, Caille, 1996) et leurs parcours scolaires (Brinbaum, Kieffer, 2009), d’autres visent à étudier le phénomène de ségrégation ethnique entre établissements ou entre les classes d’un même établissement et ses conséquences (Felouzis, Liot, Perroton, 2005 ; Felouzis, 2003, Moignard, 2008 ; Payet, 1995 ; Van Zanten, 2012) ou à mettre au jour le processus d’ethnicisation au sein des écoles (Barrère, Martuccelli, 1997 ; Franchi, 2002 ; Fouquet-Chauprade, 2011 ; Payet, 1992, 2000 ; Perroton, 2000 ; Poiret, 2000) et les injustices dont sont victimes ces élèves (Beauchemin, Hamel, Simon, 2010 ; Dubet et al., 2013).

D'autres encore abordent l'accueil dans les écoles des élèves nouvellement arrivés en France et les dispositifs mis en place par l'institution scolaire (Schiff, Visier, Zoïa, 2004 ; Goï, 2005 ; Schiff, 2011).

Cette journée d’études vise à éclairer un pan peu exploré en se consacrant à la question de la prise en charge des enfants migrants à l’aune de l’interface « école-intervention sociale ».