Vous êtes ici : AccueilActualités du LIRTESArchives du REV

  • Recherche,

Retour sur la journée d'études "L'institution peut-elle faire participer les usagers?"

Publié le 24 septembre 2015 Mis à jour le 29 octobre 2015
Date(s)

du 24 septembre 2015 au 16 octobre 2015

Retrouvez les actes de la troisième journée d'étude du cycle de conférence de l'axe 3 du LIRTES: «Les nouvelles figures de l’usager: de la domination à l’émancipation?», organisée le 03 février 2015.

Actes "bruts" de la journée d'étude du 03 février 2015
> Télécharger le document

Rappel de la problématique générale du programme 2014 - 2015
La montée en puissance de la catégorie d’usager depuis les années 1980 (Rapport Sapin, 1983) est l’une des manifestations de la modernisation de l’action publique. La loi de 2002-2 sur les institutions sociales et médico-sociales est assurément l’expression la plus marquante de cet aggiornamento de la nouvelle gouvernance du social : la promotion de droits relatifs aux usagers soutenue par une conception de la citoyenneté plus active et participative s’y affiche comme un gage de renouvellement démocratique.

A terme, l’un des effets d’une telle volonté politique est la banalisation de la notion d’usager qui tend, d’une part à passer dans le langage courant (donc à se vider de ses sens) et d’autre part à recouvrir d’autres catégories comme celle de l’ayant droit, de bénéficiaire, de patient, de client, voire de consommateur… Pourtant, les configurations et les enjeux sont fort différents entre les rapports sociaux qui président à la reconnaissance des droits des «sans» (papier, domicile, travail, ressources), à celle des droits des personnes handicapées, âgées, hospitalisées, à celle des droits des familles et notamment des parents, ainsi qu’à celle des enfants – que l’on peut, malgré leur minorité, considérer comme des usagers (de l’école, des services de soin et de protection, des services de loisirs et de sports …) ce, au nom des droits de l’enfant.

Qu’en est-il des figures de l’usager et des configurations dans lesquelles les personnes sont amenées à faire valoir leurs droits? Pour quel gain de reconnaissance? A la marge des instances institutionnelles, apparaissent des mobilisations plus autonomes. Comment celles-ci interrogent-elles la définition institutionnelle de la participation?